Biodiversité & Territoires

La biodiversité dans les espaces agricoles. Quels bénéfices ? Revue d’experts (volet 2)

Poster un commentaire

Après avoir passé en revue les effets de lAgriculture et biodiversitéagriculture sur la biodiversité, voici venu le temps de vous présenter les effets que la biodiversité a sur l’agriculture, les différents bénéfices qu’elle apporte et qu’il conviendrait d’exploiter afin que le modèle agricole actuel mute vers un modèle environnementalement responsable et durable. On parle de service écologique. Cette article s’appuie, comme dans le cas de notre précédent article sur le travail d’experts paru en 2012 aux éditions Quae et intitulé Agriculture et biodiversité. Valoriser les synergies.

Qu’est-ce qu’un service écologique ?

On parle aussi de service écosystémique. D’après l’Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire*, il s’agit de l’utilisation par l’homme de fonctions écologiques réalisées au sein d’un écosystème.

Quels services écologiques utilise-t-on dans un agroécosystème** ?

Bien sûr, ils sont liés à l’élevage, aux cultures pérennes (arboriculture, sylviculture, viticulture) et annuelles, alimentaires ou non (céréales et autres graminées, maraichage, fibres végétales). Dans ce contexte, l’équipe d’experts de cet ouvrage présente trois groupes de services :

  • Les services intrants qui fournissent les ressources nécessaires à la production agricole en en maintenant et régulant les conditions physicochimiques et biotiques ;
  • Les services de production « Revenu agricole » : il s’agit des productions végétale et animale ;
  • Les services de production « Hors Revenu agricole » : la purification de l’eau et le maintien de sa qualité, la régulation du climat, le cycle du carbone (fixation par les océans et les plantes).

Ces services reposent sur des fonctions écologiques réalisées par des groupes d’organismes et/ou des structures du paysages (exemple avec la pollinisation). C’est donc bien de la biodiversité que dépend l’ensemble de la chaine. Favoriser la biodiversité, c’est permettre aux processus (ou fonctions) écologiques d’être réalisés à long terme, pour que nous en retirions les services dont nous avons besoin. Il est important de remarquer que ce schéma est identique pour tout autre secteur d’activité, par exemple le tertiaire.

 

Comment mesurer la biodiversité dont dépend chaque service écologique ?

Il s’agit des groupes organismes impliqués dans les fonctions écologiques dont dépend chaque service écologique. On décrit ces groupes de différentes manières :

  • la diversité quantitative (le nombre d’espèces, le nombre de groupes fonctionnels par exemple les plantes annuelles et pérennes …) ;
  • la structure des communautés observées (abondances de chaque espèce …) ;
  • leurs traits fonctionnels *** et leur variabilité dans les communautés ;
  • leur organisation spatiale ;

Il existe bien sûr d’autres paramètres.

Quelles conclusions en conditions expérimentales ont été tirées sur la contribution de la biodiversité aux services écologiques des agroécosystèmes ?

  • La plupart des services intrants sont dépendants de la biodiversité de plusieurs groupes d’organismes. Les services de fourniture de ressources aux cultures sont positivement liés à la diversité fonctionnelle des plantes (cf traits fonctionnels) et des organismes du sol. Un nombre d’espèces important (diversité taxonomique) est en revanche déterminant pour assurer les services de régulation biotique (ex : contrôle des bioagresseurs, invasions biologiques).
  • Les services de production contribuant au revenu agricole sont favorisés par la biodiversité : les rendements sont stabilisés dans le temps et dans l’espace (parcelle et paysage) grâce aux effets de la diversification des cultures (i) sur les ressources et sur (ii) les organismes participant aux contrôles biotiques. La production de fourrage, sa stabilité dans le temps et sa qualité sont augmentées par la diversité spécifique et fonctionnelle des prairies gérées extensivement (fauche modérée …). Ainsi la biodiversité des prairies assure l’amélioration de la performance individuelle de croissance (selon les mélanges d’espèces végétales) et l’augmentation de la production laitière par hectare et améliore les caractéristiques sensorielles des fromages.
  • Les services de production Hors revenu agricole concernent des échelles spatiales plus grandes que celle des exploitations. Ainsi l’hétérogénéité des paysages (et donc la diversité végétale) tient une place prépondérante dans les flux impliqués dans la disponibilité en eau, sa qualité, la régulation du climat etc. Elle permet de favoriser la biodiversité ordinaire et patrimoniale, de valoriser le patrimoine culturel des paysages.

 

Des conclusions extrapolables aux conditions de plein champ ?

  • Pour les services dépendants d’espèces peu mobiles (service intrants produisant les ressources aux peuplements végétaux, service contrôlant directement la production végétale), les bénéfices écologiques et agronomiques d’une gestion de la biodiversité sont moindres que ceux liés à une modification des pratiques recherchant (i) une plus grande efficacité dans l’utilisation des ressources par les cultures (ii) une dépendance plus faible aux engrais de synthèse. L’utilisation raisonnée de fertilisants, le choix des variétés cultivées, leurs places dans les rotations culturales et les couverts intercalaires, la culture simultanée d’espèces (cultures associées, plantes de services, cultures associées, enherbement des vergers et vignobles) permettent d’optimiser différents services au sein des parcelles cultivées ( ex : la fertilité et la stabilité du sol, la disponibilité en eau) sans entrainer une réduction nette des performances agronomiques des systèmes.
  • Pour les services dépendants d’espèces mobiles (services intrant liés à la régulation de la production biotique tels que la pollinisation, ou le contrôle des ravageurs etc.), les bénéfices écologiques et agronomiques d’une gestion de la biodiversité sont significatifs à l’échelle de la parcelle et du paysage, particulièrement lorsqu’il s’agit de cultures sensibles à l’action des insectes pollinisateurs ou à celle des ravageurs (vignes, vergers, monocultures etc.). Cette gestion de la biodiversité permet de limiter (i) le recours aux pesticides et ses coûts associés, (ii) limiter les résistances aux phytosanitaires.
  • Les éléments non productifs (contigus aux parcelles tels que les bords de chemins, les éléments semi-naturels), leur quantité, leur agencement dans le paysage et leur composition, permettraient de faire cohabiter les objectifs environnementaux et des objectifs de production.

Quelques définitions

* L’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (EM) est née en 2000 à la demande du Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan. Instaurée en 2001, elle a pour objectif d’évaluer les conséquences des changements écosystémiques sur le bien-être humain; elle doit également établir la base scientifique pour mettre en œuvre les actions nécessaires à l’amélioration de la conservation et de l’utilisation durable de ces systèmes, ainsi que de leur contribution au bien-être humain (www.unep.org).

** L’agro-écosystème est un produit de la modification de l’écosystème par l’homme et constitue un espace d’interaction entre l’homme, ses savoirs et ses pratiques et la diversité des ressources naturelles. (…) L’agro-écosystème est donc une association dynamique comprenant les cultures, les pâturages, le bétail, d’autres espèces de flore et de faune, l’atmosphère, les sols et l’eau en interaction avec les usages qu’en font les hommes (…). (UNESCO) 

*** Un trait fonctionnel est une caractéristique morphologique, physiologique ou phénologique d’un organisme qui en réponse à ‘un ou plusieurs facteurs environnementaux (ex: durée de vie, masse de graine etc.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s